Aims Luxembourg: Le congé individuel de formation – un capital-temps (lifelong learning)

Aims Luxembourg: Le congé individuel de formation – un capital-temps

Aims Luxembourg: Le congé individuel de formation – un capital-temps

Ursula SchinzelUrsula Schinzel, Research Consultant
Aims Luxembourg

www.aims.lu

Elle avait toujours envisagé une formation continue post-universitaire. La formule lui permet de mieux concilier son projet avec sa vie professionnelle. 

Le congé individuel de formation constitue une formule d’appoint non négligeable, pour qui souhaite mener de front formation et vie professionnelles. Ursula Schinzel peut en témoigner : Research Consultant auprès du cabinet de chasseurs de têtes AIMS-Luxembourg, elle avait toujours envisagé de compléter ses expériences et acquis professionnels en gestion des affaires et des ressources humaines, par une formation continue post-universitaire. En 2009, elle commence un doctorat, qu’elle compte finaliser au plus tard en 2013.

Une démarche conjointe

Entre-temps, c’est par l’intermédiaire d’une amie qu’elle prend connaissance de cette mesure du congé individuel de formation – définie par la loi du 24 octobre 2007 -, et s’informe des modalités à suivre sur le site du Ministère de l’Education nationale et sur le portail de la formation professionnelle continue.

D’emblée, elle fait part de son projet à son supérieur hiérarchique, Daniel Reinert, Partner d’AIMS. Ensemble, ils effectuent les démarches nécessaires auprès du Ministère de l’Education nationale: remplissent les formulaires disponibles en ligne, envoient le dossier complet au Service de la Formation professionnelle/congé-formation… Et attendent.

La réponse du Ministère revient à la vitesse d’un boomerang: en moins d’une semaine le feu vert est donné. Car elle remplit dès le départ les critères requis: travaillant depuis six ans auprès du chasseur de têtes situé au Limpertsberg, elle a choisi une université londonienne reconnue au Luxembourg, pour poursuivre un doctorat en gestion des affaires, avec une spécialisation en e-management.

La règle de 20

Concrètement, l’employé se voit accorder par son employeur un nombre de jours établi selon un calcul bien précis (jusqu’à 20 jours maximum pour une période de deux ans). Durant cette période de formation, il continue à percevoir son salaire habituel. L’Etat rembourse le montant de l’indemnité et la part patronale des cotisations sociales à son employeur.

Nous sommes alors en 2010. Le congé formation de Mme Schinzel prend effet l’année suivante, avec 20 jours étalés sur deux années.

Comment a-t-elle planifié ces journées avec son supérieur hiérarchique? « Nous avons convenu ensemble de répartir ces jours à égalité sur les 2 ans (10 jours en 2011 et 10 jours en 2012), et d’arrêter déjà un certain nombre de dates, tout en maintenant toutefois une marge de flexibilité en cas d’imprévus, » se souvient-elle.

Opportunité-temps

Un capital-temps dont elle tirera profit à bon escient, pour notamment assister aux cours, réviser et passer ses examens, travailler avec ses professeurs et son directeur de thèse, effectuer ses recherches, rencontrer et interviewer des experts…

En 2011, le congé-formation se concrétise, alors qu’une période charnière débute pour la réussite de son projet. « Cette formation demande de fortes doses de volonté et de rigueur, d’organisation et de concentration. Il faut se battre contre la fatigue, et travailler aux heures où les autres s’amusent ou se reposent, » explique la Research Consultant.

La formule lui permet de passer ce cap décisif, tout en continuant pleinement son activité professionnelle. Aussi, Mme Schinzel ne peut que vivement recommander la démarche et l’expérience. Sans cette opportunité-temps aurait-elle malgré tout envisagé de mener un tel projet ? « Me connaissant, j’aurais malgré tout poursuivi ces études. Mais cela aurait été plus difficile, plus long, presque impossible. C’est donc une mesure qui allège quand même le quotidien, et permet de mieux se concentrer sur sa formation, » reconnaît-elle.

Publié le 14-03-2012

Aims Luxembourg: Le congé individuel de formation – un capital-temps

This entry was posted in Human Resources. Bookmark the permalink.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>